Témoignages

Lisez les témoignages sur le Régime Hypotoxique

Vous trouverez ici des témoignages de personnes qui ont adopté le Régime Hypotoxique. Je pense qu’il est important de publier ces histoires de réussite. De vrais changements dans leurs vies là ou la médecine traditionnelle a échouée. Suivre fidèlement le Régime Hypotoxique vous permettra de transformer enfin votre vie et de mettre fin au cercle vicieux de l’inflammation chronique.

Je vous encourage tous à partager vos histoires et votre réussites avec le Régime Hypotoxique. Si vous avez une histoire à raconter, écrivez-moi à temoignage@regimehypotoxique.com.


Mélanie – 5 novembre, 2017:

« mon nom est Mélanie, j’ai 41 ans. j’ai des tiges de Harrington soudées à ma colonne depuis l’âge de 14 ans. ma scoliose étant progressive, mon espérance de vie était de 25 ans. ces tiges m’ont littéralement sauvé la vie.

début vingtaine, je faisais régulièrement des lumbagos, des migraines ophtalmiques et j’avais même commencé à avoir de sérieuses douleurs dans les articulations. mon médecin de l’époque a mis la faute sur mes tiges et m’a prescrit du Tylenol douleurs arthritiques. sans succès.

mes problèmes de santé s’aggravant avec les années, je fais une dépression. je m’enferme de plus en plus dans la maladie. je vois de moins en moins de monde. je ne reconnais pas la femme que je suis devenue. j’ai honte d’être malade. j’ai toutes les cartes de tous les hôpitaux de la ville de Montréal et des environs. je vois une tonne de spécialistes. je n’ai rien.

plus personne croit ce que je raconte… sauf mon amoureux. je me bourre de pilules pour faire taire ma tête et mon corps. pour ne plus déranger personne… j’arrive presque à me convaincre que cela est peut-être un problème que j’ai entre mes deux oreilles finalement.

puis, mi-trentaine, rien ne va plus. je ne dors plus tellement mes douleurs sont atroces. je fais des crisses d’arthrite si fortes que l’amoureux doit m’aider à descendre les escaliers le matin. je passe mes journées en douleur. je quitte mon emploi. de plus, je me ramasse à l’hôpital à deux reprises avec des douleurs abdominales insupportables, le ventre tellement gonflé qu’on me passe deux tests de grossesse. diagnostic : rien. je pense sincèrement devenir folle. je commence à faire des crises d’angoisse. je consulte une psychologue. je suis désespérée.

enfin en 2013, tombe trois diagnostiques : fibromyalgie, syndrôme de l’intestin irritable et maladie coeliaque. je pleure de joie. je n’ai pas de cancer.

et c’est ainsi que le livre de Jacqueline Lagacé apparait dans ma vie. en 10 jours de «régime», j’ai recommencé à descendre les escaliers seule. à dormir. je ne fais plus de crises d’angoisse ou d’arthrite et en bonus, plus d’acné non plus! aujourd’hui à 41 ans, je n’ai aucune douleur. et mes tiges sont toujours là! je m’entraine 5 jours par semaine. je mange vraiment bien. et le plus important : j’ai commencé à imaginer ce que pourrait être le quotidien sans la maladie. bref, j’ai des projets. je ne sais pas la dernière fois où j’ai pensé en avoir car je n’ai jamais cru en fait, que j’allais avoir une vie.

je suis tellement reconnaissante. je suis en santé. »

Lise – 9 juillet , 2016:

«Bonjour, j’aimerais partager mon histoire qui n’est pas unique, j’en suis certaine. Il y a près de vingt ans j’ai commencé avoir des douleurs, selon mon médecin: fibromyalgie. Au fil des années, les douleurs augmentent mais cette fois-ci, j’ai mal aux articulations. Comme je vois mon médecin pour des suivis aux deux mois, elle ne faisait que proposer des antidépresseurs (que je refuse). Je veux qu’elle cherche la vraie cause car en plus je faisais des tendinites à répétition, j’avais des douleurs abdominales et diarrhées, brûlements d’estomac, elle me donnait des anti-inflammatoire, injection de cortisone et nexxium.

» plus

Il y a 4-5 ans ma condition devenait plus grave, je n’avais plus de force tellement j’avais beaucoup de douleurs. Je ne dormais presque plus car le corps devenait douloureux et me lever était de plus en plus difficile; je commençais à être fonctionnelle 2-3 heures après m’être levée. Tout ce qui me restait, c’était la volonté de me lever sinon je serais resté couchée et j’aurai attendue je ne sais quoi…un miracle. Dans ces années, je croyais qu’elle savait ce qu’elle faisait et j’avais trop confiance aux pilules et au « Docteur ».

Un jour, je lui dis: fais quelque chose, je n’en peux plus, elle regarde mon dossier et me dit: les prises de sang démontrent que la vitesse de sédimentation et protéine c-réactive sont très élevées, elle ne comprend pas trop, elle n’avait jamais fait le lien. Elle se décide enfin de me faire voir un rhumatologue, le genre que tu ne lui laisserais même pas un crapaud. Il m’examine sans me toucher vraiment et me dit: votre problème est entre les 2 oreilles et surtout, dis à ton médecin de vérifier ton foie, ce qui veut dire pour vous, d’arrêter de boire. Difficile d’arrêter que je lui réponds puisque je ne bois pas mais je sais que je fais une steatose hépatique, je mange sûrement mal et trop de gras. Je suis sortie sans un mot mais me revoilà à la case départ. Ça prendra une autre année à souffrir et à ne plus être capable de marcher ce qui va provoquer plusieurs chutes avec fracture du pouce et blessure aux épaules. Pendant cette année, mon médecin avait envoyé une requête pour voir un médecin à l’hôpital. J’étais de plus en plus épuisée et quand tu es à ton compte et que tu fais du massage, ça ne va pas du tout. Entre temps, même rengaine pour que je prenne des antidépresseurs, je lui dis: « j’en veux pas mais toi si tu en veux, prends-en ».

Après un an j’ai réussi à voir un autre rhumatologue que me fait passer des tests sanguins, Des radiographies de la tête aux pieds, j’ai passé des scans, un t.e.p., des tests pour les poumons, globules blancs et lympho augmentent etc. À notre 2e rendez-vous, elle me dit: « Comment faites-vous pour fonctionner, tellement que tous clochent dans vos résultats? » Parfait ce n’est pas dans ma tête, il va y avoir des solutions; système immunitaire, poly myalgie rhumatica, les poumons, il y a quelque chose non précis (et les tests recommencent), le lupus ??? Etc, je commence la cortisone, et on joue au yoyo au cours des mois, elle l’augmente, la diminue et à ces moment-là, la douleur est toujours présente, alors au fils du temps, je prendrai du plaquenil et du methotrexate en comprimés, anti-inflammatoires, pour les grosses crises de douleur, une autre pilule de tristes et dérivé de la morphine et pour finir la dernière lyrica. J’ai plus de pilules dans le corps que de la bouffe et au découragement du rhumato, le crp augmente toujours. Ah, ne pas oublier docteur, les crampes abdominales et les diarrhées augmentent de plus en plus, moi, je me dis ce sont les médicaments qui font ça.

Cette fois-ci, rendez-vous avec une gastro-entérologue, prise de sang pour maladie de Crohn, côlonoscopie et gastroscopie. Et le plus beau de mon histoire arrive, je rencontre après ce médecin et je lui raconte un peu mon histoire, elle regarde mon dossier et me dit: comment vous faites, ce n’est pas possible que vous ayez autant d’inflammation dans le sang. Elle m’explique que beaucoup de maladies inflammatoires ou auto-immune viennent de l’intestin, que le corps est pollué à cause de l’alimentation avec tout ce qu’elle contient ( omg, bouffe transformée, agent de conservation, sucre, blé, produits laitiers, etc) et le corps n’est plus capable d’en prendre et la maladie s’installe. Elle me dit que mon corps n’est plus capable d’en prendre et que la solution pour moi est de changer mon alimentation. Je lui dis: voyons donc, les médecins ont ri de moi quand je leur en avais parlé, même mon médecin de famille m’avait dit: « Si tu crois au miracle, ce n’est pas l’alimentation qui va te guérir ». La rhumato me répond: c’est leur façon de penser, moi, j’ai la mienne.

Je lui parle de l’alimentation hypotoxique dont on m’avait parlée, elle me dit: je ne t’en aurai pas demandée autant mais si tu veux le faire, je t’appuie à 100%. Le lendemain, rendez-vous avec la rhumato et elle me propose le methotrexate en injection et moi, je lui raconte ma discussion avec la gastro-entérologue et me dit: oui, peut-être, essaie l’alimentation, mais on ne saura pas si c’est le médicament ou l’alimentation qui vont marcher. Revenue chez moi, le déclic s’est fait, je lis les livre de Jacqueline Lagacé, cherche des sites qui en parle dont le vôtre Marie-France, Oh, quel changement cette alimentation mais combien efficace et guérissante. Du jour au lendemain, j’ai arrêtée tout ce qui n’est pas conforme à l’alimentation hypotoxique.

Après 7 jours, je réalise que je n’ai plus de crampes et ni de diarrhées. Wow, bon commencement et surtout encourageant. J’ai beaucoup à apprendre, ce n’est pas toujours facile mais je m’encourage car les douleurs diminuent et quand je marche ou monte les escaliers, je n’ai plus l’air d’avoir 85 ans. Après toutes ces années de souffrance, de pilules, de rendez-vous, j’ai appris que nous avons un rôle à jouer dans notre guérison et devons être active pour y arriver, il y a l’alimentation, l’exercice (juste de la marche suffit), moi, j’ai recommencé à faire de la bicyclette.

Au fil des semaines les douleurs diminuent, j’en suis à mon 2e mois et même l’énergie est plus grande. J’ai diminuée la cortisone et je n’ai pas commencé le methotrexate en injection, je sais que je vais arrêter éventuellement les autres médicaments dans un avenir très proche.

Merci à mon amie Marie-Paule qui m’a parlé de cette alimentation et à la gastro-entérologue et merci à toi, Marie-France pour ton site et tes conseils.

Grâce à ces personnes, après 20 ans environ, après 3 ans de pilules, je suis enfin vivante.»

» moins

Étienne – 4 février, 2016:

«Mon premier épisode de douleur est survenu lorsque j’avais 17 ans.  Malgré une batterie de tests et beaucoup de rendez-vous, je n’ai jamais su ce que j’avais exactement, mais ce qui était sûr, c’est que j’avais incroyablement mal aux sacro-iliaques.  Je m’en suis remis à la dose maximale possible de Naproxen et à ne faire aucune activité physique pendant plus d’une année.  L’épisode s’est évaporé et j’ai pu profiter de quelques années de répits où j’ai été capable de reprendre l’entraînement et une vie normale.  Malheureusement, la douleur est revenue tranquillement au mois de septembre 2014.  Nouvelle série de test et surprise: positif au HLA B27 et inflammation aux sacro-iliaques.  J’ai eu la chance d’avoir accès à une très bonne rhumatologue dès janvier 2016, qui m’a pris en charge et m’a fait changer d’anti-inflammatoire pour le Voltaren avec Pantoprazol.

» plus

Cette fois-ci par contre, la douleur et tous les dérangements qui l’accompagnent continuaient à empirer de semaine en semaine.  Marcher était évidemment très difficile, j’ai fait deux uvéites à l’œil droit en 3 mois seulement, ma digestion était complètement de travers, j’avais de nombreux mal de tête et migraines, mon énergie était disparue. Pratiquement tous les jours, j’arrivais chez moi et tombais d’épuisement, une forme qui m’était inconnue et sauvage.  Il m’arrivait de devoir rebrousser chemin et manquer mes cours à l’université, car je savais que j’allais aller 30 fois aux toilettes cette journée-là.

J’ai tenté de continuer mon entraînement malgré tout, mais je devais prendre des semaines de congé assez souvent et profiter des rares accalmies pour y retourner.  C’est sa qui était le pire, souffrir le matir 4-5 jours, puis aller mieux quelque temps, pour retomber encore plus fort par la suite.  L’effet que cela avait sur mon moral était puissant. Je dois avouer que je fus assez dépressif cet hiver.

Quand je me suis rendu compte que la prochaine étape allait être les médicaments biologiques à 20 000$ par an et plus, je me suis promis de trouver une autre solution.  C’est après de longues recherches que je suis tombé sur le régime hypotoxique et ai entrepris de lire les livres de Jacqueline Lagacé.  Une très grosse lecture et pas tout à fait facile pour certains, mais révélatrice.

J’ai tout de suite changé mon alimentation pour respecter les directives à 100%.  J’étais habitué à suivre des régimes stricts pour l’entraînement, alors ce ne fut pas le plus grand choc heureusement.  Par contre, j’ai dû revoir mon répertoire de recettes et de livres, moi qui aimais cuisiner et faire mon propre pain intégral au levain.  Je me suis servi d’un classeur Excel pour garder un journal de tout ce que je mangeais pour procéder par élimination.  Surprise, après deux semaines seulement, je sentais mes douleurs se stabiliser et diminuer tranquillement au lieu d’augmenter comme elles le faisaient depuis des mois!

Ma flore intestinale était assez massacrée avec tous les médicaments, alors j’ai pris les doses les plus fortes de probiotiques que j’ai trouvées pendant un bon 6 mois, temps qu’il m’a fallu pour éliminer mes douleurs! En effet, au mois d’août 2015, je commençais à me surprendre moi-même:je grimpais les escaliers à la course, j’oubliais mes pilules une journée ici et là, je sortais du lis d’un seul coup!

Évidemment, j’étais sceptique et j’ai bien tenté de voir si le gluten, le lait, la cuisson et autres pouvaient me faire réagir… Oui, malheureusement, chaque fois que j’ai fait un écart volontaire ou non, j’en avais un mal de chien pendant une semaine complète et puis plus rien!

Je suis donc convaincu de l’efficacité du régime hypotoxique, car c’est lui qui m’a redonné ma vie et la chance d’en profiter pleinement.  Je n’ai pris que quelques pilules ici et là depuis septembre 2015 et par ma faute.

Pour vous montrer que tout est possible, je vous joins une photo de moi en date de novembre 2015, suite à un défi avec mon entraîneur, une fois que mes douleurs étaient disparues.  Pour ceux qui veulent se lancer, soyez persistants et attentifs avec les listes d’ingrédients, il est facile de saboter son régime!»

Témoignage - Étienne

» moins

Audrey – 4 février, 2016:

«En Rémission de ma fibromyalgie.  Je suis le régime depuis maintenant 4 ans.  Je ne prends plus aucun médicaments (depuis 3 ans) ni de marijuana (qui m’a longtemps aider pour mon anxiété et la douleur) J’ai 34 ans 4 enfants.  J’aime dire que ce régime m’a sauvée la vie et changer par le fait même celle de ma famille.  Je suis contente quand je constate que ça aussi sauvée d’autre personne que moi, parce que souvent ceux qui ne le suive pas me prennent un peu comme une extraterrestres.»

Marie-Christine – 15 décembre, 2015:

«C’est un peu par accident que j’ai introduit le régime hypotoxique dans ma vie.  J’ai subi un accident de la route, le 30 octobre 2009.  Suite à cet accident, de graves problèmes de santé physique sont apparus; déchirure partielle au bras gauche avec 3 tendinites, m’empêchant de pouvoir lever mes 2 bras plus haut que mes épaules, douleurs musculaires à la jambe droite, tremblements continus de mon bras gauche et pour finir, entorse cervicale, entraînant migraine chronique et paralysie partielle du côté gauche de mon visage.  Tous ces problèmes m’ont énormément limité dans mes activités quotidiennes.  Étant travailleuse autonome, j’ai dû délaissé pendant 4 ans, ma compagnie et demeurer à la maison.J’ai rencontré tous les spécialistes inimaginables; physiothérapeute, neurologue, spécialiste en douleur chronique, etc… Pendant plus de 2 ans, cumulant rendez-vous après rendez-vous et prenant une énorme quantité de médicaments, rien dans mon état physique n’avait changé. Découragé je m’étais fait à l’idée de devoir vivre dans cet état pour le reste de mes jours… j’avais alors 43 ans.

» plus

Par un beau matin d’automne 2013, ma voisine et chiropraticienne, la Dre Isabelle Ayers, a offert de m’aider à retrouver une vie dite « plus normale ».  Elle m’a suggéré de suivre le régime hypotoxique.  Ayant tout essayé, je n’avais rien à perdre.  J’ai donc commencé ce régime et les effets se sont rapidement fait sentir.  Cela fait maintenant 2 ans et mon état physique est plus que satisfaisant.  Je ne prends plus aucun médicament et mes douleurs ne sont jamais revenues. Je me sens comme neuve.»

» moins

Pierre – 17 octobre, 2015:

«Depuis l’âge de 40 ans, j’étais affligé par l’arthrose : genoux, chevilles, poignets, hanche et tendons d’Achille étaient affectés à tour de rôle, soit après un effort plus exigeant ou sans raison apparente. En 2000, je commence à prendre Celebrex qui était très efficace. Malheureusement, j’ai dû le cesser suite à un AVC subi en 2005. L’arthrose a donc progressé au fil des ans et je n’avais plus que les analgésiques pour m’aider à poursuivre mes activités. J’ai acheté des cannes et des béquilles pour me déplacer lors de crises pénibles. Depuis 2007, j’ai aussi subi 3 périodes paralysantes de « goutte » qui m’obligeaient à recourir à l’Indomethacine pour obtenir un répit de l’inflammation et de douleur aiguë. En 2011, un doigt de chaque main refusait complètement de plier.

Au cours de ces 20 années, mon épouse faisait des recherches dans les librairies, bibliothèques et Salons du livre, lisait tout ce qu’elle trouvait sur le sujet de l’arthrose et elle a finalement découvert le livre de Jacqueline Lagacé. Au début, j’étais sceptique concernant cette approche basée sur l’alimentation. Pour en comprendre le bien fondé, je me suis procuré le livre de 700 pages du Dr Jean Seignalet intitulé « L’alimentation ou la 3e médecine », j’ai assisté à une conférence de madame Lagacé et consulté son site Internet. Suite à ces démarches, j’ai commencé à 63 ans à suivre le régime hypotoxique en juillet 2012. Après seulement 3 semaines, je pouvais plier mes deux doigts qui étaient rigides depuis 1 an. Pendant l’année suivante, j’ai eu des douleurs musculaires et articulaires qui duraient quelques jours puis se résorbaient. Cette réaction appelée « arthralgie migratoire » s’explique par le fait que notre organisme, en se libérant lentement des toxines accumulées au fil des ans, les remet en circulation pour qu’elles soient finalement éliminées par nos émonctoires..

» plus

Depuis l’été 2013, je peux affirmer que je suis en rémission et mène une vie normale de retraité : je peux rouler sans crainte à vélo, faire des travaux de rénovation, jardiner, abattre des arbres, transporter du bois, etc… Je me sens si bien que je ne reviendrais jamais en arrière.

Mon épouse et moi sommes convaincus des bienfaits du régime. Cependant, plutôt qu’absorber passivement un médicament, le patient doit prendre une part active pour son bien-être (voir conclusion du livre du Dr Seignalet, page 640), mais l’effort en vaut largement la peine. Réapprendre à cuisiner et ignorer la moitié des allées de supermarchés est sans doute un sacrifice, mais prendre du Celebrex, autres analgésiques ou anti-inflammatoires est bien plus périlleux. Une alimentation où légumes et fruits ont la place principale, est sans effets secondaires et favorise une meilleure santé globale. En cuisant les viandes à basse température, on se prive bien sûr de la saveur provoquée par la réaction de Maillard, mais par contre on élimine une quantité de radicaux libres nocifs.

Vive le régime hypotoxique qui m’a redonné une qualité de vie que je croyais avoir perdue.»

» moins

Michèle –  11 Octobre, 2015:

«Mon nom est Michèle, je suis membre de l’APVDC (l’association des personnes vivant avec de la douleur chronique). Tout comme vous, j’ai des douleurs qui proviennent soit de l’arthrite, de l’arthrose, fibromyalgie ou autres. Je peux dire que nous sommes logés à la même enseigne; celle de la douleur. C’est certain que nous avons des parcours différents, même si nous vivons les mêmes aléas.

» plus

Depuis bons nombres d’années, je vis avec ce que je viens d’énumérer et plus encore. Je devrais plutôt dire « Je vivais » car pour la moitié c’est chose du passé. Fini les pulsations des mains et des pieds. Fini l’enflure et l’inflammation des articulations. Fini l’impression qu’un autobus vient de me passer sur le corps, etc. etc.Je ne pouvais endurer aucunes coutures. Que ce soit les plis dans les draps, les coutures de mes chaussures, coutures du siège d’auto ou de mes pantalons. Je pourrais continuer ainsi……… Plusieurs j’en suis certaine se reconnaissent! L’inflammation avait pris le contrôle de mon corps. Cette chère inflammation me possédait. Ici je ne parle pas des problèmes intestinaux, migraines, fatigue chronique ou d’insomnie. Ma vie n’avait plus de sens. De très mauvaises pensées me traversaient l’esprit. Quand tu penses qu’il n’y a plus d’issues et que de nouveaux maux s’ajoutent à tous les jours, l’avenir ne t’apparait pas invitante…

Mais grâce au ciel, une lumière s’est pointée au bout du tunnel. Comme d’habitude quand c’est soir de conférence, je suis présente aux soirées de l’APVDC.  D’autant plus que ce soir du « 9 mars » le thème m’attirait énormément « Pour vaincre les maladies inflammatoires : cuisiner le régime hypotoxique sans gluten et sans produits laitiers ». Wow.

Sur la table de la conférencière il y avait plein de choses. Entre autre, un livre que je reconnaissais l’ayant à la maison depuis 2 ou 3 ans et que j’avais trouvé très intéressant, mais un peu difficile à comprendre « Comment j’ai vaincu la douleur et l’inflammation chronique par l’alimentation » par madame Jacqueline Lagacé.

Je me suis donc dit « enfin voilà la soirée que j’attendais ». Je me souvenais d’avoir lu que : « les réactions inflammatoires chroniques avaient une relation avec l’alimentation ». Je me demandais en quoi je mangeais si mal pour être si mal foutue. Je n’ai pas tardé à le savoir. Enfin quelqu’un me parlait des vraies affaires. Ça faisait du bien d’écouter une personne qui comprenait ce que j’avais besoin pour mon mieux être. Enfin j’apprenais qu’il y avait quelque chose à faire pour me sentir vivante et me mettre un peu de joie au cœur. Mon avenir pouvait être autre chose que des discussions sur les maladies, les douleurs, surtout avec les amies, conjoint, famille. Je pourrais « ÊTRE » autre chose qu’une maladie aux yeux des autres. Comme souvent c’est la façon que nous sommes perçus.

J’avais deux choix : soit prendre des médicaments à tous les jours et des infiltrations au besoin, ou me lancer dans un régime alimentaire qui me parle de rémission, de soulagement au niveau de l’arthrose, de la fibromyalgie, de l’asthme, de maux de tête, etc. etc. Surtout, toute cette inflammation que j’avais au niveau des mains, des pieds, des coudes et des épaules.

Qu’avais-je à perdre? J’étais condamnée de toute façon à prendre des pilules dont on augmenterait la dose, quand ce n’était pas un ajout de médicaments au fur et à mesure qu’un autre problème s’ajoutait. Pour moi il était clair que je me devais d’éliminer des aliments qui me rendaient malade et peut-être même me conduire éventuellement au fauteuil roulant à cause de ma stenora spinale. Aucune substance chimique ne peut remplacer une alimentation saine. Je dois avouer qu’au début, j’étais un peu sceptique.

Dès le lendemain de la conférence, je commençai mes nouvelles habitudes alimentaires. J’adoptais et j’optais pour la santé du corps et de l’esprit. Après seulement quelques jours du régime hypotoxique, je ressentais un bien être que je ne croyais plus connaître. J’en pleurais et je disais à mon mari : « Ça marche »! Ma jambe droite levait, chose qu’elle avait beaucoup de difficulté à faire depuis mon opération avec prothèse totale de la hanche. Mes mains et mes pieds ne me faisaient plus mal, ils désenflaient, ma canne a été mise au repos. L’autobus ne me passait plus sur le corps! Fini les crises de fibromyalgie.

Bref ma vie changeait et c’était agréable de le constater et ce grâce à madame Marie-France Thivierge qui m’a fait connaître l’alimentation hypotoxique. Enfin je pensais à la vie, à l’avenir. J’ose espérer que toutes les personnes présentes à cette soirée conférence du 9 mars ont fait comme moi, adopter ce régime miracle (si je peux m’exprimer ainsi). J’avais des problèmes sérieux. Enfin quelqu’un m’arrive avec une solution. De plus, une solution à la portée de main. Comment refuser un tel cadeau.

C’est un choix de vie. De jour en jour, c’est de mieux en mieux. Ma santé est en constante évolution, elle n’a pas finie de s’améliorer. Je me donne du temps. Si je triche, tout de suite je ressens des inconforts et des douleurs. Preuve que c’est cause à effet.
Cela faisait des années que je vivais tout croche alors comment ne pas apprécier ce qui m’arrive et dire merci. Dire merci à la personne qui a donné de son temps, de son savoir, de son énergie et de son partager personnel. Rendre grâce à Dieu pour ce qui se fait dans mon corps.»

» moins

Dre Isabelle Ayers, Chiropraticienne D.C. – 9 Octobre, 2015:

«En tant que professionnelle de la santé, je suis témoin quotidiennement de la puissance et de l`importance de nos choix alimentaires pour le maintien et le recouvrement de la santé.Grâce à ses propriétés anti-inflammatoires, le régime hypotoxique occupe une place de choix parmi mes recommandations alimentaires.Les aliments sont des molécules d’ information pour nos gênes.  Ils affectent directement l`expression génétique.  C’ est la nouvelle science de la nutrigénomique.

» plus

Je félicite et remercie grandement Marie-France Thivierge de partager son savoir et son expérience de vie. Bravo!»

» moins

Valérie – 30 Septembre, 2015:

«J’ai 49 ans et, depuis l’âge de 30 ans environ, j’entends régulièrement les médecins me dire, quelle que soit la pathologie : «vous êtes rudement jeune pour avoir déjà ça ! » Déjà avec de l’arthrose cervicale vers 30 ans, puis d’autres maux ici et là. Il y a environ 9 ou 10 ans, j’ai eu très mal dans le coude droit, je ne pouvais plus rien porter du tout, ni même manger. Impossible de plier mon coude jusqu’à ma bouche, je devais avancer ma tête pour aller chercher ma nourriture. Tout était extrêmement douloureux : manger, m’habiller, écrire, porter un sac, me verser à boire, me laver les dents, etc.

» plus

J’ai consulté un ostéopathe de temps en temps, mais surtout pour d’autres douleurs. En effet, les douleurs continuent : le dos, les bras, les genoux, les jambes, et cette horrible épine calcanéenne qui me rend la vie extrêmement pénible et m’empêche de plus en plus de marcher et m’handicape totalement : je ne vis plus normalement, je ne peux plus aller en ville, je prends la voiture pour 100 mètres, je ne prévois plus rien comme balade ou découverte touristique, tout est articulé autour de cette épine. Je ne mets plus de chaussures qui me plaisent, mais des chaussures avec grosses semelles en élastomère pour absorber les chocs de la marche, je mets des pantalons en fonction de ces chaussures, etc. Je prends l’ascenseur même pour un niveau. Je suis devenue une handicapée de la marche et cela me désole. Parfois, quand je dois aller en ville, même si ma voiture est garée à moins de 100 mètres, je dois prendre une canne pour avancer comme une pauvre malheureuse, avec l’espoir de ne croiser personne que je connaisse, peur de l’humiliation et de la tristesse de me sentir si grosse et si boiteuse. Ma fierté en prend un sacré coup ! Mais aucune issue. Je fais faire une puis deux infiltrations qui me soulagent parfaitement bien mais uniquement pour une quinzaine de jours.J’ai décidé d’essayer l’homéopathie mais il faut beaucoup de temps pour que l’homéopathie fasse du bien. J’ai aussi découvert les bienfaits de l’argile verte, et je fais souvent des cataplasmes sur le talon la nuit et cela me soulage parfois assez bien. En tout cas, l’argile verte a des vertus insoupçonnées et des effets formidables en général!

Pour résumer, de plus en plus de douleurs, de moins en moins d’autonomie et de plus en plus de désir de chercher une solution ailleurs. Mais où? Mais quoi? Mais qui?

Je suis aussi allée chez le kiné pour une série d’ondes de choc qui sont censées être idéales contre les épines calcanéennes. La première séance a été terriblement douloureuse. Qu’on ne me dise jamais qu’il faut souffrir pour être belle, je peux dire que la souffrance n’embellit pas ! Ces ondes de choc ont été un grand traumatisme pour mon corps, il a beaucoup souffert et j’ai quand même fait une vingtaine de séances, à chaque fois j’avais le sentiment que tout mon corps me suppliait de ne pas lui imposer cette souffrance, il ne comprenait pas pourquoi je lui imposais cela. Le résultat a été une légère amélioration et à très court terme. Que de souffrance, quel traumatisme pour rien!

Je suis allée passer un IRM pour les genoux et le résultat est : usure du cartilage des deux genoux. Je suis allée chez un podologue et j’ai beaucoup aimé son approche. Il m’a expliqué que l’épine calcanéenne est une réponse du corps pour faire un prolongement de l’os qui est en manque de longueur par rapport au tendon, et que la douleur ressentie n’est pas tellement l’épine en elle-même mais l’inflammation du tendon qu’elle provoque. Et aussi que notre corps est composé de 70% d’eau et qu’il est important de chasser la mauvaise eau et de la remplacer par de la bonne eau pour apaiser l’inflammation. Pour cela il me conseille de ne plus boire du tout d’eau pure pendant 15 jours mais de boire uniquement du thé vert, chaud ou froid, n’importe. Mais que du thé vert, pas de tisane ni d’infusion, que cela va aider le corps à moins souffrir de l’inflammation.

Voici maintenant déjà 2 mois que je suis le régime hypotoxique (sans gluten et sans lait de vache). J’ai acheté et ai presque fini de lire « L’alimentation ou la 3ème médecine » du Docteur Seignalet, un gros livre de 750 pages recommandé par un ami et je dévore ce livre ! Et c’est dans ce livre que je prends conscience de l’importance de l’intestin grêle qui est une sorte de gare de triage mais qui est parfois si encombré de pollution alimentaire et environnementale qu’il rejette ce qui ne lui convient pas en le faisant passer dans le reste du corps. Ce qui crée donc des inflammations et la plupart des autres maux que l’on puisse imaginer. Je suis encore très étonnée de voir toutes les conséquences nocives engendrées par l’absorption du gluten et du lait animal.

Voici maintenant exactement 5 mois que je mange et vis différemment. Je peux dire que c’est une autre vie pour moi, une vie plus belle et plus heureuse. J’ai perdu 15 kilos, sans faire régime, mais en mangeant autrement. Je cuis à 98% mes aliments au cuit-vapeur et me régale tellement que je n’aime plus du tout ce qui est cuit autrement. Je mange très varié et équilibré. Je n’ai plus envie de viennoiseries et en suis même dégoûtée. Je mange rarement de la pâtisserie de boulangerie (si je suis invitée) et ne me régale pas vraiment. Toute mon alimentation est sans gluten et sans lait de vache.

Ma santé est super! Depuis une semaine, je peux reporter des chaussures de ville normales, avec un talon et des semelles classiques, et je n’ai pas mal. Je remarche normalement, vite si nécessaire, je me suis même surprise à traverser deux fois la route en courant doucement, si je sens mon épine calcanéenne c’est plutôt comme une fatigue mais pas comme une blessure. Mes bras vont très bien, et je ne bois plus que du thé vert, à raison de presque 2 litres par jour. Dans mes plats je mets toutes sortes d’épices, et c’est délicieux et bon pour la santé. Je force surtout sur le sésame, le curcuma, le gingembre et la coriandre. Mes genoux sont encore fragiles mais je peux monter des étages sans grande douleur, plusieurs fois par jour, et sans rampe même si je réfère quand il y en a une. Mes cheveux sont supers avec plus d’épaisseur et de tonus. Ma peau est bien plus belle. Mes ongles solides et moins « rayés », aucune douleur dorsale, un moral formidable, la vie est belle à nouveau!»

» moins

ÉVALUATION
Envoi
Note Utilisateur(s) 3.67 (3 votes)

3 thoughts on “Témoignages

  • Bonjour Lise 9 juillet 2016. Merci pour ton partage . J’ai tellement admirée ta grande résilience. Tu voulais t’en sortir et tu as pris les moyens . J’admire beaucoup les gens qui ne s’excuse pas d’avoir son pied en dessous du pied de l’autre . Tu m’as fais passer
    par différentes émotions. Tu as eu un parcours difficile. Tu l’as mené en  »winner’s  »
    Lise tu es sur la bonne voie .De jours en jours c’est de mieux en mieux. Tu le sais certainement puisque que ton partage date de 8 mois . En tout cas , s’il nous arrives un pépin , nous bénissons ce régime et les personnes qui nous l’on fait connaître et on se bénis sois- même d’être ouvert et d’aimer assez notre seule carrosserie en la soulageant par de la nourrissant d’énergie vivante . C’est une marque de respect pour le créateur . J’ai lu que tu étais massothérapeute. C’est une profession noble où
    tu constates l’importance de prendre soins de notre machine… Lise merci encore pour ton beaux partage .Ça fait du bien , ça remets les yeux dans leur  » socket ».
    et je signe ; 11 octobre 2015

    Reply
  • Bonjour, dans ton yogourt à la vanille, je vois que tu indiques qu’on peut mettre une enveloppe de culture yogourmet…mais dans sa composition il y a du lait écrémé… on peut prendre cette culture dans le régime hypotoxique????

    Reply
    • Oui, Jacqueline Lagacé permet cette culture à moins d’être sévèrement allergique aux produits laitiers.

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *